#Rencontre : Benoît Vaillant

Commissariat général Commissariat général, le 18 juin 2020 | 0 commentaire

B Vaillant.png

Benoît Vaillant,

Fondateur et directeur de Pollen Diffusion, une structure française qui propose de mutualiser la diffusion et la distribution d’éditeurs indépendants, français et francophones.

 

Qui êtes-vous et  en quoi consiste votre activité ?

Pollen est une structure familiale que j’ai créée en 2004, et que je dirige depuis. Elle défend un ensemble de 400 éditeurs indépendants en mutualisant leur distribution et leur diffusion. Ces éditeurs bénéficient d’un écosystème qui intègre une plate-forme logistique, un système de référencement sous format Onix, et un accès à plus de 5000 points de vente.

Quelle est la mission qui vous tient le plus à cœur ou l’initiative dont vous êtes le plus fier dans le cadre de votre activité ?

Notre ADN « Editeurs Indépendants », et notre système informatique accessible à distance, a permis que nous puissions apporter un accès au marché français à des éditeurs souvent lointains. Nous avons ainsi développé une offre spécifique nommée « WAX » aux éditeurs étrangers de langue française. Une quinzaine d’éditeurs nous ont rejoint sous cette bannière.

Quel est l’obstacle majeur, le frein ou la difficulté auquel vous êtes confronté dans votre activité ?

Notre métier est un métier de flux, qu’ils soient physiques (livraisons, approvisionnements) ou informatiques (communication, référencement). Sur ces deux plans là, la distance est une difficulté. Ainsi, nous devons nous accommoder de livraisons souvent incertaines de la part d’éditeurs étrangers qui, eux-mêmes, subissent des coûts parfois dissuasifs. Sur le plan informatique, il est nécessaire que nos partenaires disposent de connections stables et rapides pour pouvoir bénéficier de la globalité de notre offre.

Qu’attendez-vous en priorité des États généraux du livre en langue française dans le monde ?

Du concret ! Si une chaîne du livre fluide doit se mettre en place entre les éditeurs francophones de l’étranger et le marché français (ainsi que suisse et belge pour ce qui nous concerne), il est nécessaire que chaque pays bénéficie d’un canal logistique fiable et identifié, qui permettre d’asseoir une mutualisation de flux réguliers. De même, le déploiement global d’un outil de référencement permettrait, à très court terme, de rendre visible sur la toile et, partant, en librairie, les catalogues de chacun.